Yves Viollier "Raymonde"

Oh Dieu, pourquoi donc en mourant ne nous as-tu pas mués en dieux ! Ma trajectoire quand je m'efforce de toute mon âme de la maintenir en droit ligne, si je me retourne elle ressemble à ces sillages laissés par les avions, dont le trait un instant précis, peu à peu se dissout, devient flou. Et tout est à refaire, tout s'efface, tout se ternit. Seigneur, donne moi un bout de ton crayon à la pointe si bien taillée, et guide ma main, que je fasse le portrait de ta création, que ce que j'écris te ressemble" Yves Viollier "Raymonde"

«Je ne suis pas assez méchante pour me donner en exemple» Sab plagiant Louis Ferdinand Céline

lundi 23 août 2010

Le bien nommé Stéphane Bern...

Mardi soir, une émission qui se devait être une réussite "Secrets d'Histoire" avec comme sujet La Palatine. Je connais bien cette fabuleuse commère que j'avais vivement conseillée à connaître après une lecture du "Montespan" de Jean Teulé. 

Je regarde l'émission, ma foi bien foutue. Simple, tout le monde peut comprendre. Même celui qui n'est pas forcément bon en histoire. C'est lumineux, c'est pas mal et attise la curiosité. Et si cela encourage à ouvrir des livres pour comprendre, pour approfondir c'est l'essentiel.

Mais là, Stéphane se trompe. Il finit l'émission par la phrase de trop "Lisez les lettres de la Palatine". Quelle boulette ! Elles sont pas faciles à obtenir. Il faut faire les sites des bouquinistes, les sites de ventes de particuliers à particuliers... Sinon les librairies ne vous feront pas la commande. J'en ai eu la preuve à maintes reprises. J'ai pu les obtenir que via une librairie française qui était implantée à Boston. Vive le monde merveilleux d'internet !

Stéphane, je vous en veux pas. Vous avez l'enthousiasme du passionné.  Mais hélas, tant que les maisons d'éditions nivelleront par le bas. Chercheront à gaspiller du papier pour des broutilles qui ne rapportent rien de culturel ou d'instruction. Que des niaiseries ou des livres mal faits, ce statu quo persistera. Quand je pense que des perles comme ces fameuses lettres de la Palatine, entre autres, ne mériteraient qu'une réédition et ferait un carton. Mais bon, les éditeurs deviennent paresseux ou sont gérés par des financiers qui ne veulent que faire du chiffre. On est loin de l'image de l'artisan éditeur qui aime les livres, respecte ce travail comme un sacerdoce. Les livres sont remplis de coquilles on ne cherche pas à les corriger. L'éditeur n'édite plus, il imprime seulement en faisant des fautes en plus comme une mauvaise secrétaire.

Quand je vois tous ces jeunes auteurs qui ne sont pas édités alors qu'ils le mériteraient. Et tant de bibliothèques entières inconnues...

Et quand on remarque toujours les mêmes noms, les mêmes têtes dans les rentrées littéraires. Cela  me fait râler. Cela devient très dur de farfouiller dans les librairies... Surtout que celles-ci sont obligées de se mettre en rang pour survivre et perdent leur âme. Rare de trouver une librairie indépendante et qui sort des chemins balisés.

Amis lecteurs, bonne rentrée littéraire...

Et pour vous Stéphane, avant de lancer certains conseils VERIFIEZ ! et un peu plus de rigueur ne serait pas de trop dans vos propos. 

2 commentaires:

EditionsFilaplomb a dit…

Le problème ne vient pas des éditeurs mais des lecteurs qui n'achètent que des bouquins signés de "stars" de plume ou de paillette. L'édition, c'est d'abord un commerce qui se doit d'être comptablement équilibré ! :-)

Sabine alias Sab la challandaise a dit…

Comme vous avez raison, je finirai par plagier Lionel Jospin qui dit à tout le monde ""Je lis en général les livres écrits par leurs auteurs plutôt que ceux écrits par d'autres."

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails